Liv & Emy's diary

The Herrmann family's

Homeschool diary

DSC_8131.jpg
 
 

Bienvenue chez nous !
Ce journal raconte mon cheminement et mes questionnements sur la voie d'une éducation lente, créative et humaniste. Nous avons fait le choix de l'instruction libre pour vivre en harmonie avec nos idées.

 
 

JAnvier 19

DSC_0583.jpg
 
 

Janv 19

20

DSC_0516.jpg

PROMENADE NATURE AVEC LA SALAMANDRE

Quand nous sortons nous promener, Liv emporte souvent de quoi lire et de quoi dessiner. Parfois son matériel et ses livres ne servent pas, d’autres fois nous profitons d’un coin ensoleillé pour lire et dessiner.
Mercredi dernier, les filles avaient apporté plein de choses, mais surtout – en plus des livres et du matériel de dessin –  des noisettes pour les écureuils et des graines pour les oiseaux !
Autant vous dire que nous avons rencontré un petit monde bien content de venir se nourrir si facilement en plein hiver : des écureuils faisant des va-et-vient entre les filles et leurs arbres et des mésanges venant demander des graines en signalant leur présence du haut d’une branche.

Lire la suite

 
 

OCTOBRE 18

DSC_9581.jpg
 
 

Oct 18

25

DSC_9565.jpg

Notre nouvelle année d’instruction libre #2

Me revoici pour la suite du billet précédent, avec plus de détails sur le fonctionnement de notre nouvelle année en IEF. Alors, concrètement, ça donne quoi ?

Tout d’abord, grande nouveauté cette année avec l’inscription des filles dans une école hors les murs. Il s’agit de Clonlara school, une école américaine de type Sudbury, qui propose un suivi à distance. Donc l’idée n’est pas du tout un cours par correspondance ou autre chose de ce type dans lequel nous aurions pu nous sentir coincées.
Donc que nous apporte cette inscription, puisque dans ce type d’école, les enfants sont libres de suivre leurs intérêts (ce que nous faisions déjà avant) ?
En effet, de ce point de vue-là ça ne changera pas beaucoup notre façon de fonctionner. Cependant nous bénéficions d’un suivi et d’une validation des acquis. Avec notre conseillère, nous allons voir comment valoriser ce que font les filles et de quelle manière faire entrer cela dans les attendus de fin de cycle de l’éducation nationale. Cela permet également aux filles de faire le point sur leur travail, ce qu’elles ont appris, les efforts qu’elles ont fourni et d’avoir un regard extérieur - et ça c’est un point important.

Lire la suite

 
 

Septembre 18

DSC_8462.jpg
 
 

SEPT 18

26

DSC_9196.jpg

Notre nouvelle année d’instruction libre #1

Je profite toujours de la pause estivale pour imaginer notre nouvelle année, au regard de la précédente et de mes nouvelles envies et idées. J’aime ce moment où l’on peut tout inventer, tout rêver, comme une page blanche qui ouvre la porte à toutes les possibilités… mettre certaines choses au placard, en sortir d’autres… inventer et s’inspirer. C’est vrai qu’il est possible de faire cela à tout moment, mais le creux de l’été est propice à ce redémarrage.

J’ai du mal à réaliser que nous commençons notre 5ème année d’instruction libre ! Quelle chance nous avons de pouvoir poursuivre cette aventure qui donne une autre dimension à notre vie.
Si je regarde l’année écoulée cependant, j’ai un sentiment mitigé, avec comme un arrière gout qui reste dans la bouche ; la sensation de ne pas avoir accompli assez, pas fait grand chose finalement, et d’avoir dépensé beaucoup d’énergie pour amener les filles à travailler sans grand succès. 

Lire la suite

 
 
 
 

SEPT 18

10

DSC_8853.jpg

Le temps des vacances #4

Nous voici donc en Corse — après une petite escale au chalet dans les Alpes, pour fuir la chaleur de la ville.

En Corse les filles retrouvent leur cousines et cela crée un bande de 6 filles entre 7 et 14 ans. Elles s’entendent très bien et s’accordent à merveille pour s’inventer des histoires à longueur de journée.
J’en profite pour laisser mes filles le plus libre possible et sans surveillance, ce qu’il nous est difficile de faire en ville. Les enfants ont besoin de ces moments où ils peuvent évoluer loin du regard des adultes, entre-eux et dans leur monde.

Lire la suite

 
 
 
 

SEPT 18

07

DSC_8490.jpg

Le temps des vacances #3

Nous voici à Amsterdam. 
C'est agréable de retourner au même endroit, on s'y sent presque comme chez nous maintenant. On a nos habitudes... les cafés, les magasins et les parcs que l'on aime... et pour démarrer on prend les vélos – avec les filles dans la caisse !

Lire la suite

 
 
 
 

SEPT 18

07

DSC_8264.jpg

Le temps des vacances #2

Après la côte, nous avons roulé vers Bristol, en faisant une petite pause à Bath que nous n'avions jamais vue.
Mais je n'ai pas de photos de la ville, juste de notre halte dans un café ;-) 

Lire la suite

 
 
 
 

SEPT 18

06

IMG_7427.JPG

Le temps des vacances #1

Même si ne nous vivons pas au rythme de l'école et des apprentissages académiques, nous prenons des vacances. Mais les vacances pour nous sont plutôt synonymes de voyages, car quand nous restons à la maison, le quotidien n'est pas différent des autres jours.
Cet été nous avons fait beaucoup de voyages et utilisé le train, le bateau, la voiture, l'avion et le vélo !

Alors avant de reprendre nos activités et des billets plus fournis, je vous laisse avec notre été en images... des moments simples en famille et des beaux paysages pour de beaux souvenirs.

Lire la suite

 

 

JUIN 18

DSC_7680.jpg
 
 

JUIN 18

11

READ ALOUD

Je parle souvent de nos lectures et du fait que je lis beaucoup à voix haute pour les filles. J’aimerais aujourd’hui vous raconter pourquoi cela est si important à mes yeux, même essentiel. J’avais déjà abordé la lecture dans cet article il a presque 2 ans déjà ou encore celui-ci, il y a 4 ans !
Cette fois-ci, je voudrais parler plus particulièrement de la lecture que l’on offre à nos enfants : la lecture à voix haute. Je la propose quotidiennement aux filles, bien qu’elles sachent lire. Elle est devenue chez nous un cadeau inestimable, pour de précieux moments et de précieux souvenirs.
Quels sont les bénéfices de la lecture partagée et que lisons-nous ? Voici l’objet de cet article qui répondra, je l’espère, à de nombreuses questions reçues par mail.

Lire la suite

 
 
 

MAI 18

DSC_7506.jpg
 
 

MAI 18

20

nettoyage de printemps

Deux petits événements rapprochés m’ont donné à réfléchir et envie d’écrire ce billet.
D’une part, Liv, qui me dit au goûter : « Maman, la table est jolie comme ça, tu pourrais faire une photo, pour la mettre sur Instagram » (Elle se fait toujours un plaisir de dresser une jolie table).
Et d'autre part une amie qui raconte sa maladie, et un détail me fait tilt : elle va utiliser son téléphone portable moins souvent car le tenir dans la main lui est nocif. De ce fait, elle va devoir prendre du recul par rapport à Instagram… ce petit outil qui nous attire sur notre téléphone portable.

Toutes les deux m’ont donné envie de m’éloigner de cet engin, car malade ou non, il n’est bon pour personne. La bonne nouvelle est que pouvons tout à fait vivre sans Instagram ! En fait, à quoi ça sert ? Qu’est-ce que nous ça apporte ?

Lire la suite

 
 
 

MARS 18

DSC_6824.jpg
 
 

MARS' 18

12

L'éducation cosmique

Je vous ai parlé, dans mon précédent billet, du sentiment d’appartenance à notre lieu de vie, que l’on peut nourrir de différentes façons et qui contribue à notre bien-être.
En dézoomant à l’échelle de l’Univers, nous pouvons également ressentir un sentiment d’appartenance, bien plus vaste celui-ci, bien plus abstrait aussi, mais non moins important : celui de faire partie du Cosmos — avec la compréhension de la place que nous y occupons.
Cela rejoint la question métaphysique essentielle que tous les êtres humains se posent : Qui suis-je ?
Question qui comprend aussi les suivantes : D’où je viens et pourquoi je suis là ?

Maria Montessori souhaitait apporter un début de réponse aux enfants, en tout cas des bases sur lesquelles s’appuyer dans cette quête ; car sans un minimum de pistes de réflexions, la vie des humains peut paraître vide de sens. De plus Maria Montessori présentait que si les enfants abordaient ces notions avant l’étape délicate de l’adolescence, ils n’auraient pas à se démener plus tard avec ces questions existentielles

Lire la suite

 
 
 

FÉVRIER 18

DSC_6264-3.jpg
 
 

FÉV' 18

16

A sense of place

Mes filles grandissent et je peux voir grandir avec elles leur besoin de s’éloigner et d’élargir leur territoire.

Quand on vit en pleine campagne, comme ce fut le cas pour moi, c’est facile de laisser ses enfants libres de s’éloigner de la maison pour explorer plus loin. Je me souviens très bien de mon enfance et de la manière dont les choses se sont passées. Cela s’est fait progressivement, naturellement. 
En même temps que l’on grandit, on s’éloigne de plus en plus, on ose aller plus loin tout seul, plus longtemps. On découvre petit à petit un environnement toujours plus large. Et ce qui est important est de pouvoir le faire en fonction de ses capacités.
Quand j'avais 11 ou 12 ans, j’aimais jouer dans la forêt avec mon amie. Nous avions décidé de construire une cabane dans un endroit caché, non visible depuis la maison, à coté d’un petit ruisseau dans les bambous. Nous y passions de longs moments à fabriquer des marches, construire un banc, monter un petit mur en pierre ou creuser un four… Nous étions dans notre monde, libres et sans la surveillance des adultes.
Lire la suite