Des petits galets blancs

Il y a bien longtemps que je suis passée de la photographie argentique au numérique et la masse de photos correspondant à toutes ces années est impressionnante... Quand il s'agit d'en retrouver une, il vaut mieux avoir fait un rangement efficace !
Mais c'est comme ça, le numérique a pris le dessus et les albums-photos sont oubliés, car il a trop de photos à traiter et un manque de temps pour se mettre à la tâche. La photographie numérique accompagne bien l'ère actuelle de la vitesse, du tout tout de suite et de la sur-consommation.
On consomme des photos à tout va. Les téléphones portables (aujourd'hui capables de faire des photos excellentes) sont remplis à craquer. Il est possible de faire des centaines de photos chaque jour, sans peine. Mais qu'en faisons-nous ?
Il n'est peut-être pas nécessaires qu'elles servent. Le plaisir peut résider uniquement dans l'instant où l'on prend la photo. Un paysage, une personne, un lieu nous ont assez ému et touché pour qu'on ait eu envie de les prendre en photo. Cela peut suffire. Ensuite la photo en elle-même va se ranger avec les autres attendant le jour où l'appareil, le fichier ou le téléphone seront obsolètes. Elle ne sera plus lisible et sera oubliée ou rangée dans les souvenirs qui restent en nous.

À côté de cette société qui va vite, il y a une autre, qui tente de ralentir. C'est le mouvement "slow" qui se développe dans divers domaines. Et pourquoi pas pour la photographie ? Prendre le temps pour faire des photographies, lentement, posément. Moins mais mieux. Avec plus de sens. Et les faire vivre sur un support qui résistera au temps, un support palpable.
Quand je vais chez mes parents, j'aime bien consulter mon album de photos, et le montrer à mes filles. C'est un moment de partage agréable autour de ces images qui sont des petits bouts de vie, des petits cailloux blancs, comme ceux du Petit Poucet, semés tout au long de mon enfance. Ils me rappellent ces instants et les gardent vivant en moi. Ils font resurgir des émotions, des anecdotes, ils ravivent la mémoire.

Depuis que les filles sont nées, je n'ai jamais pris le temps de créer pour elles un album photo, à feuilleter pour se remémorer et raconter. Elles aiment bien parfois parcourir notre blog, ou regarder nos photos sur Instagram, mais je préfèrerais qu'elles puisse feuilleter un livre. Un vrai objet, à manipuler, à sentir dans leurs mains, à lire couchées sur le canapé ou allongées par terre. Un livre à montrer à leurs amis, à partager avec leurs grands-parents... un livre avec des pages que l'on peut faire défiler à toute vitesse ou observer longuement... Un livre qui a une âme et qui vieillira avec elles.

Cette volonté, je l'ai depuis longtemps, mais je n'ai jamais pris le temps de m'atteler à cette tâche qui parait insurmontable tant la montagne de photos est haute. Et plus le temps passe, plus elle monte...
Alors pour commencer (car il faut bien commencer quelque part) j'ai décidé d'imprimer un premier petit livre avec nos photos Instagram de l'année 2014. Ma première année sur Instagram. C'est plus facile, le tri est déjà fait et la quantité n'est pas si énorme (quoi que... j'ai quand même dû faire de grosses coupes pour ne par avoir un livre ni trop épais ni trop cher ;)).

En définitive, cela crée un joli petit objet, un petit livre qui nous ressemble. Il plait bien aux filles et me donne envie de poursuivre la collection avec le cru 2015 !
Il reste encore la question des autres photos.... Certes, je n'ai pas le souhait de toutes les imprimer, et heureusement grâce à mon blog, j'effectue des tris régulièrement. Je vais donc utiliser cette sélection d'images pour imprimer un livre par année, un peu plus grand, incluant les textes du blog.
Mais c'est un travail plus long de mise en page et de réécriture des textes qui me demandera plus de temps. J'espère parvenir à le mener à bien et remonter tranquillement les années jusqu'à la naissance de chacune ! Ça serait un super cadeau à leur laisser (plutôt qu'un gros disque dur rempli de photos aux noms chiffrés et indéchiffrables ! ).

Effectuer ce travail avec mes photos m'a donné envie de ralentir, d'en faire moins, mais de manière plus réfléchie. J'ai découvert ensuite qu'un mouvement de "slow photography" existait déjà.
Il s'agit de prendre son temps pour choisir son sujet, son point de vue, de toujours travailler en manuel pour choisir les bons réglages ; c'est aussi accorder plus d'importance à son sujet qu'à son appareil ; c'est prendre le temps de regarder, s'émerveiller, se questionner... passer du temps avec le sujet pour le connaître (que ça soit une personne, un paysage, un monument... peu importe).

J'aime bien cette phrase d'un photographe : “I like to pretend that there’s an expensive 120 film in my digital SLR when I’m out shooting, so as to force myself to be more deliberate.”

J'aime passer du temps avec les filles, et quand je les observe je vois des détails, des expressions, des positions qui me remplissent et me touchent. Il y a des petits riens qui font tout. C'est ce qui me pousse à faire des photos. Capturer la beauté de ces instants fugaces mais forts.
Émy accablée par la chaleur, ses cheveux collés sur ses joues rouges, cherchant la meilleure position pour se sentir bien ; allongée sur l'herbe, sur le drap ou dans un arbre ; son expression est belle, ses mouvements sont beaux, elle est gracieuse et je vois la photo que je pourrais faire. Si j'ai mon appareil, j'essaie de la réaliser.
Toutes ces photos que je prends sont mes petits cailloux blancs, mes petites perles de bonheur, que je sème sur le chemin de leur enfance, pour plus tard. Pour leurs souvenirs.

  Émy scrute les arbres à la recherche d'un Écureuil. À Londres, dans un parc, elle a pu donner une cerise à un écureuil qui s'est régalé devant elle, tournant la cerise dans ces petites pattes pour la ronger. De retour à Lyon, elle a gardé 4 cerises dans un petit pot, qu'elle a apporté au parc pour les écureuils. Mais personne ne s'est montré ce jour-là... Elle a laisse ses cerises aux pieds de 4 arbres pour qu'ils les trouvent !


Émy scrute les arbres à la recherche d'un Écureuil. À Londres, dans un parc, elle a pu donner une cerise à un écureuil qui s'est régalé devant elle, tournant la cerise dans ces petites pattes pour la ronger. De retour à Lyon, elle a gardé 4 cerises dans un petit pot, qu'elle a apporté au parc pour les écureuils. Mais personne ne s'est montré ce jour-là... Elle a laisse ses cerises aux pieds de 4 arbres pour qu'ils les trouvent !

Pour terminer et pour ceux que cela intéresse, j'ai choisi Blurb pour faire mon premier petit livre. J'en suis assez contente, mais il ne m'a pas été facile de comprendre les spécifications pour InDesign (j'ai choisi de faire moi-même ma maquette, mais ils ont un outil pour le faire en ligne également) et j'ai eu aussi beaucoup de mal à télécharger mon fichier qui ne passait pas.
J'ai choisi le papier standard proposé et la qualité d'impression est standard également, mais très suffisante pour des photos Instagram. Pour les autres livres que je souhaite imprimer, si je poursuis avec Blurb, je prendrai un meilleur papier.
Mais je suis ouverte au changement, si vous avez des adresses chouettes à me conseiller pour imprimer un livre en un seul exemplaire pour un prix raisonnable, n'hésitez pas !